La thérapie par injection dans le pénis pour traiter la dysfonction érectile

Limites et inconvénients…

La thérapie par injection dans le pénis est utilisée depuis plusieurs années pour stimuler les érections chez les hommes atteints de diverses maladies. Elle a également été utilisée chez des hommes ayant, depuis plusieurs années, de faibles érections, à cause du diabète ou d’autres problèmes de santé. Si elle est bien effectuée, elle restaurera, chez la majorité des hommes ayant subi une lésion de la moelle épinière, la capacité d’avoir des érections. Sachez toutefois qu’aucune injection pénienne ne permet l’éjaculation.

Injection intra-caverneuse

Quels sont les médicaments utilisés dans les injections péniennes ?

Plusieurs médicaments se sont révélés capables de stimuler l’érection quand ils sont injectés dans le tissu érectile du pénis (le corpora). Aucun agent simple ne possède de garantie d’efficacité dans tous les cas. Toutefois, la Papavérine est largement utilisée et reconnue pour les injections intra-caverneuses. Un autre médicament de plus en plus utilisé est la Prostaglandine E 1 (connue aussi sous le nom de Caverject).

Presque tous les médicaments utilisés dans les injections péniennes agissent en provoquant la dilatation (élargissement) des vaisseaux sanguins du pénis. Ils provoquent donc l’érection en relâchant les muscles lisses et en élargissant les vaisseaux sanguins de la verge.

Les limites de l’injection pénienne

Autres précautions utiles : L’injection doit être pratiquée dans une zone précise de la verge. Ceci pour ne pas blesser les nerfs, les artères ou les veines. Ne piquez pas directement dans le haut ou le bas du pénis.

Difficulté d’ajustement du dosage : Il faut généralement deux à six injections pour trouver la dose exacte qui permettra une érection suffisamment ferme pour pouvoir faire l’amour. Il est important de suivre les prescriptions du thérapeute.

L’effet est temporaire : Alors que l’érection se produit généralement 5 à 10 minutes après l’injection, elle ne dure habituellement qu’une à deux heures et pas davantage.

Usage limité : De même, une auto-injection dans le pénis ne peut se faire qu’une ou deux fois par semaine au maximum et en aucun cas plus d’une fois par tranche de 24 heures.

Effets secondaires

Les injections péniennes, comme tous les autres médicaments, ont aussi quelques effets secondaires qui peuvent varier selon les quantités utilisées et la sensibilité de chaque individu au produit.

Parmi les effets secondaires fréquents, citons :

Erection prolongée (priapisme) : Il est arrivé dans certains cas qu’une érection se prolonge pendant plus de 4 heures après une injection dans le pénis. La cause en est parfois que les gens s’injectent des doses excessives de médicament. Cela peut aussi se produire occasionnellement lors de la première injection chez des personnes sensibles au médicament.

Grossissement anormal du pénis (fibrose) : il peut arriver de temps à autre qu’après une longue période de thérapie par injection, une fibrose (épaississement ou durcissement) se produise dans le tissu érectile du pénis.

Apparition d’ecchymoses : Dans de nombreux cas, des ecchymoses (bleus) apparaissent à l’endroit de la piqûre. Il se peut que ce soit sensible pendant quelques jours et il faut éviter une nouvelle injection jusqu’à la disparition de toute trace de l’ecchymose.

Conclusion

En fonction de ce qui précède, il apparaît à l’évidence que le choix des injections intra-caverneuses dans le pénis pour traiter la dysfonction pénienne ne convient pas à tous, à cause de ses nombreuses restrictions et du risque élevé d’effets secondaires.

Articles qui pourraient vous intéresser:

Exprimez vous!