Affections Congénitales du Pénis

Anomalies génétiques du pénis

Le terme congénital s’applique à des problèmes ou à des maladies physiques présentes à la naissance. Les anomalies congénitales sont généralement désignées comme « défauts de naissance ». Ces problèmes peuvent être soit d’origine génétiques, soit causés par des difficultés pendant la grossesse ou encore avoir une cause inconnue. Les anomalies congénitales peuvent aller de très légères à graves ou mêmes mortelles. L’anomalie congénitale est à l’opposé des affections acquises, qui surviennent avec l’âge, les habitudes de vie, les difficultés et les blessures de l’existence.

Pas plus que les autres parties du corps humain, le système de reproduction et les organes sexuels ne sont exempts de maladies congénitales. Dans le système reproducteur masculin, le pénis et le scrotum sont tout particulièrement exposés à ces risques.

Affections congénitales du pénis

Les principales anomalies de naissance ou congénitales du pénis sont les suivantes :

La torsion du pénis

La torsion du pénis est l’état dans lequel le pénis pivote autour de son axe longitudinal. C’est une anomalie de naissance mais elle peut aussi provenir d’une complication de la chirurgie pénienne. La torsion passe souvent inaperçue et il est rare que les patients consultent pour cette raison, surtout si elle n’entrave pas l’activité sexuelle. Néanmoins, certains patients sont fortement atteints par ce fardeau psychologique que représente la torsion du pénis et ils en demandent la correction.

La coudure

Cette anomalie est une courbure du pénis, plus visible à l’érection, et causée par la présence de tissu fibreux le long de l’emplacement normal du corps spongieux. Elle est souvent associée avec une autre affection du nom d’hypospadias.

Le phimosis

C’est l’une des anomalies congénitales péniennes les plus répandues mais elle peut aussi apparaître à des étapes ultérieures de la vie. Le phimosis se manifeste par un prépuce trop serré ou dont la pointe est rétrécie au point qu’il ne peut plus être tiré vers le bas pour dénuder la tête du pénis. Le phimosis est souvent observé chez les enfants ou les jeunes adultes (phimosis primaire ou congénital). C’est avant la puberté qu’il connaît son taux d’incidence le plus élevé. S’il est grave, le phimosis peut causer des douleurs lors de la miction, créer de la rétention urinaire, une infection des voies urinaires ou du pénis, qui risque de s’infecter. Chez les hommes plus âgés atteints de phimosis sévère, le prépuce peut paraître gonflé. Le phimosis se traite avec des crèmes stéroïdes, appliquées une ou deux fois par jour pendant une quinzaine de jours. Des études ont montré que les crèmes obtiennent un taux de réussite de plus de 85 %.

L’épispadias

L’épispadias est une affection congénitale rare (présente à la naissance) située à l’ouverture de l’urètre. L’urètre est un canal étroit qui, à l’intérieur du pénis, est une voie de passage pour l’expulsion de l’urine.

Dans cette affection, l’urètre ne peut se développer en un tube complet et l’urine s’échappe du corps par un endroit anormal. Les causes de l’épispadias sont actuellement inconnues. Il peut être lié au développement anormal de l’os pubien.

L’hypospadias

L’hypospadias est une maladie congénitale très fréquente, qui survient chez environ un nourrisson sur 300. Le plus souvent, l’hypospadias est détecté à la naissance ; toutefois, si la malformation est spécialement légère, le diagnostic peut n’être fait que plus tardivement. Les causes de l’hypospadias sont inconnues. Il semble qu’il puisse y avoir une origine génétique, car un petit garçon dont la famille présente des cas d’hypospadias a légèrement plus de risques d’être atteint. L’hypospadias se traite par la chirurgie du pénis, généralement quand l’enfant a entre 6 et 18 mois. Il est important de ne pas pratiquer de circoncision avant la réparation de l’hypospadias car la peau du prépuce peut être nécessaire.

Hypospadias

Hypospadias

L’hypospadias comporte généralement quatre caractéristiques :

• Le méat urétral est situé au bas de la verge au lieu d’être au sommet du pénis et peut s’ouvrir à n’importe quel endroit de la hampe à partir du scrotum.

• Le méat urétral est inhabituellement étroit

• Le prépuce tout entier peut être retroussé au sommet du pénis

• Le pénis lui-même peut être courbé d’un côté.

Le pénis enterré (pénis absent ou caché)

Le terme de « pénis enterré » s’applique à une série d’anomalies péniennes et inclut le pénis visiblement enterré, ce qui est évident à la naissance. Le pénis est normalement développé mais il est dissimulé dans la graisse en dessous de la région pubienne, le scrotum, le périnée ou la cuisse.

Ce peut être une des complications de la circoncision car après celle-ci, le pénis peut être pris au piège dans les tissus cicatriciels et se rétracter dans la graisse pubienne. Cet état peut se corriger spontanément mais il requiert parfois une chirurgie. Chez les adultes, la réparation chirurgicale peut connaître des complications.

Le micropénis

Le terme de micropénis s’applique à un pénis de taille extrêmement réduite, dont la longueur étirée est inférieure à la moyenne pour un âge ou un développement sexuel identique. C’est un état différent du pénis enterré ou caché. Tout enfant de plus d’un an dont la longueur du pénis étiré est inférieure à 1,9 cm court le risque d’être atteint par la maladie et devrait donc être vu par un médecin. Le micropénis est généralement dû à une insuffisance de sécrétion hormonale de l’hypophyse (hormone de croissance) ou de testostérone. Indépendamment de la cause sous-jacente, un traitement à court terme de testostérone est administré aux patients atteints du micropénis. Plusieurs études ont montré que chez la plupart des enfants qui avaient été traités à la testostérone on a constaté un gain de la longueur du pénis et de la fonction sexuelle.

Articles qui pourraient vous intéresser:

Exprimez vous!